LIDE 30

Avec la fabrication d’un appareil composé d’un scanner à balayage, j’interroge le processus de création morphogénique de l’image numérique. Les images que ce dispositif produit présentent des caractéristiques de rendu qui correspondent à des choix plastiques (modification du scanner, choix des filtres colorés, mouvements, conservations des imperfections...) Autrement dit, je cherche comment intervenir dans la genèse physique de la photographie numérique de manière à y introduire ma «touche», terme habituellement réservé à la peinture.

Moins mimétiques que des photographies «classiques», ces images n’en sont pas moins réalistes. La structure de restitution de l’information numérique se distribue différemment dans l’espace et dans le temps. Ces «photographies» laissent transparaître la manipulation, la temporalité de leur élaboration et le matériau de leur constitution.